04/10/2010

Premier essai littératoire

À la recherche des mots perdus aux confins de la non-raison.

L’auteur, toujours face à lui-même, à ses angoisses, à ses désirs, à ses ambitions, à ses rêves…

Créer à s’en déchirer les entrailles. Ouvrir des portes fermées, en défoncer d’autres déjà ouvertes. La réflexion au fond de l’être, dans les tréfonds de l’âme. Les idées s’entrechoquent comme autant d’électrons libres de droits. Les mots gravitent autour de mes orbites et je tente de les attraper, de les apprivoiser, de les nourrir. Il faut les dominer, les cerner, les comprendre, les amadouer. Je suis en attente de la réflectivité. J’ai besoin de cette énergie pour rajeunir. Car le temps se fait pressant. La vie s’égrène. Il ne faut pas en perdre une miette. Lutter contre toutes espèces de forces destructrices qui gangrènent inéluctablement l’individu. Les feuilles tombent en automne, les arbres se meurent lentement pour renaître au printemps. Quelle chance de repartir pour une nouvelle vie ! L’énergie est là, partout, dans notre univers et en nous. Les mots sont l’énergie. Mais où sont ces mots tant convoités ? Qui cherche trouve ! Qui trouve exploite ! Qui exploite s’enrichit ! Et l’enrichissement de l’esprit est toujours salutaire. Mais à ceux qui osent se les approprier pour en faire des armes destructrices, je leur dis clairement qu’ils se trompent de direction.

Laissez-moi chercher un sens à ces heures consacrées à la méditation, à la construction, à l’élaboration. Vivre en repli pour mieux exploser au grand jour. Les phrases éclosent. Il faut cultiver et pressentir une potentielle trouvaille. Cueillir les mots, les phrases dans le quotidien, à la radio, dans des pubs, dans des conversations captées au hasard.

Inventer des mots ? Et pourquoi pas ? D’autres l’ont bien fait avant moi. Littératoire : je verrais bien ce terme désigner un laboratoire d’expérimentation littéraire littéralement à la limite presque de l’incongruité. Sens ou non-sens ? Exploiter le passé dans le présent pour mieux rebondir vers l’avenir.

Vous voyez ! S’amuser des mots, de leur sens, c’est très distrayant sans pour autant perdre inutilement son temps.

Les commentaires sont fermés.