03/08/2011

Synopsis de mon roman "Sur le chemin de Toiano"

Septembre se rapproche à grands pas ! Mon roman, je vous le rappelle, sortira à la rentrée. Alors, histoire de vous mettre l'eau à la bouche et de vous plonger déjà dans l'atmosphère du livre, je vous en dévoile le synospis.

 

« Sur le chemin de Toiano » est à la fois un roman historique, un roman sentimental et une intrigue criminelle.
Xavier Feraud, célèbre écrivain et journaliste, se remet en question, parcourant la Toscane à l’aventure.
Intrigué par une inscription sur la route, il s’engage sur un petit sentier qui le conduit tout droit vers Toiano, un minuscule village abandonné, deux rangées de maisons en ruine. L’endroit est mort, désert.
Xavier, déçu, n’y reste que très peu de temps. Qu’y a-t-il d’autre à voir en somme que cette somptueuse vue sur les vignobles et les oliveraies ?

 

Deux kilomètres plus loin, il traverse un petit bois, sombre et sinistre.
À mi-chemin, une stèle funéraire attire son attention. Une inscription y rappelle l’assassinat en 1947 de Chiara, une jeune et jolie paysanne de vingt-deux ans. Une photo, le portrait de la jeune femme, le marque et le trouble profondément.

 

Xavier fait la rencontre de Paolo, un vieil homme acariâtre qui a très bien connu Chiara.
Non seulement elle était son amie d’enfance, mais aussi celle qu’il n’a jamais cessé d’aimer.
Xavier propose à Paolo de le reconduire chez lui. Ce dernier lui offre l’hospitalité pour lui raconter la formidable – mais terrible – histoire de Chiara Contini.

Xavier va aussi croiser le chemin de Manuela, une jeune et jolie doctoresse en quête d’une vérité douloureuse. Qui est-elle vraiment ? Quels sont ses liens avec « l’affaire Contini » ? Pourquoi tant de haine à l’encontre de Paolo ?

 

À propos de Chiara et de l’Histoire…

1935. Chiara a dix ans. Elle vit avec ses parents, Maria et Alfonso, à Toiano, sympathique petit village d’une vingtaine d’habitants trônant fièrement sur une colline toscane.
L'Italie est alors dirigée d’une main de fer par Benito Mussolini, le Duce.
Chiara et Paolo sont amis, malgré les différences d’opinions politiques qui opposent leurs familles.

Le fascisme de Mussolini règne en maître sur l’Italie.
Xavier découvre la forte personnalité de la fillette qui
grandit dans un climat difficile où l’endoctrinement des jeunesses italiennes se pratique comme une véritable religion. Elle fait pourtant preuve d’une grande maturité de caractère et de courage en essayant de convaincre son ami Paolo que les idées du Duce et de ses sbires ne sont pas les bonnes.
1939. La guerre éclate.
Les juifs, les communistes, les antifascistes sont poursuivis, persécutés.
Le Grand Conseil fasciste confirme l’alliance des pays de l’Axe.
L’Italie est encore, pour l’instant, non-belligérante.
Pour les Toscans, l’été 1939 touche lentement à sa fin dans la douceur et la sérénité…
Chiara passe, sans le savoir, son dernier Noël avec son père qu’elle adore et admire par-dessus tout.
Le 10 juin 1940, l’Italie déclare à son tour la guerre à la France et à la Grande-Bretagne. Jalousant Hitler, Mussolini veut aussi sa part du gâteau.
Le 12 juin, les hommes de Toiano sont mobilisés et quittent leurs familles.
Parmi eux, Alfonso, le père de Chiara, et Paolo…

Pour Chiara, c’est un déchirement de les voir partir. Elle pense à son père qui va devoir se battre dans une armée amie des Allemands, à l’encontre de ses opinions.
Juillet 1943, rupture de l’Axe. Mussolini, mis en minorité, est destitué par le roi et arrêté.
Septembre 1943, capitulation sans condition de l’Italie et débarquement allié sur la péninsule italienne.
Des combats violents, une progression pénible des soldats face aux terrifiantes lignes de défense allemandes...
Les Allemands se sentent trahis par l’Italie, occupent le pays et se vengent. Toiano n’échappe pas à la règle.
Janvier 1944, opération Shingle, les Alliés débarquent à Anzio, au sud de Rome.
La Toscane, c'est encore loin de Naples et d’Anzio et pourtant...
La liberté se rapproche lentement, trop lentement.
Chiara va alors devoir faire un choix, fidèle à ses convictions et à celles de ses parents... 

Les commentaires sont fermés.